Que faut-il faire pour devenir un auto-entrepreneur ? – LUDIS

Que faut-il faire pour devenir un auto-entrepreneur ?

Publié par La Redaction le

Que faut-il faire pour devenir un auto-entrepreneur ?

Le statut d'auto-entrepreneur ou micro-entrepreneur désigne une structure commerciale simplifiée pour les entrepreneurs individuels. Il permet de faciliter la création d'une entreprise à but lucratif en simplifiant les démarches administratives et les procédures liées aux régimes fiscaux et sociaux. Vous voulez connaître les étapes à suivre pour ouvrir votre propre entreprise de véhicules, ou les documents à remplir pour faire de la publicité légale pour vos services ? Découvrez ici ce que vous devez faire pour vous lancer en tant que propriétaire d'une entreprise indépendante prospère, ainsi que les endroits où vous pouvez trouver de l'aide.

Des processus de création simplifiés

Étant donné qu'aucun investissement financier initial n'est requis, les démarches administratives liées à la création d'une autoentreprise sont moins lourdes que celles d'autres structures commerciales légales telles que les sociétés, les sociétés à responsabilité limitée (SARL) et les sociétés en commandite. Pour calculer le montant à mettre de côté pour la sécurité sociale et l'assurance-maladie, le montant de ces paiements est directement lié aux recettes de l'entreprise.

Vous pouvez payer vos cotisations à l'URSSAF mensuellement ou trimestriellement. Vous pouvez déclarer vos recettes annuelles pour que les charges sociales soient automatiquement prélevées sur votre compte bancaire. Vous n'avez pas non plus à vous soucier de payer des impôts ou des cotisations sociales puisque vous ne gagnez pas d'argent.

Démarches initiales : Déclaration en ligne de l'auto-entreprise

Les auto-entrepreneurs en France doivent d'abord déposer une déclaration de début d'activité auprès du Centre de Formalités des Entreprises (CFE) de leur commune. Ainsi, tous les entrepreneurs individuels doivent présenter les éléments suivants : une copie de leur pièce d'identité et le formulaire " P0 Micro-Entrepreneur ", qui comporte des rubriques telles que " activités ", " renseignements d'état civil ", " lieu d'exercice ", " élection de domicile ", " choix du mode de paiement ", etc.

 

Une fois que votre dossier est complet, il est envoyé au CFE (Centre de Formalités des Entreprises) compétent pour être traité. La CCI est pour Chambre de Commerce et de l'Industrie et représente les entreprises commerciales ; la CMA est pour la Chambre de Métiers et de l'Artisanat et représente les artisans ; l'URSSAF représente les professions libérées ; et le Greffe du Tribunal de Commerce représente les agents commerciaux.

Deuxième étape: fournir des justifications supplémentaires pour les activités économiques et commerciales

Quelques démarches supplémentaires doivent être effectuées avant qu'un artiste ou un commerçant puisse lancer sa micro-entreprise. Inscription au Registre des professions pour les artisans de France. Tous les entrepreneurs individuels qui exercent une activité artisanale, que ce soit à titre accessoire ou à plein temps, doivent s'inscrire au Registre des Métiers (RM). Pour ce faire, il faut présenter au CFE de la CMA dont vous dépendez les documents suivants : un document attestant de votre résidence légale aux États-Unis, tel qu'une facture de services publics, ou une déclaration sur l'honneur attestant que vous n'avez jamais fait l'objet d'une sanction civile ou administrative.

Notez toutefois que, bien que l'inscription soit gratuite, vous devrez payer une taxe pour couvrir les frais de séjour dans les quartiers des invités du consulat. Cette somme sera déduite en même temps que les cotisations de sécurité sociale et de Medicare que vous payez sur une base mensuelle ou trimestrielle. Cela nous amène à se demander si devenir "auto-entrepreneur" est vraiment rentable ou non. Pour en savoir plus à ce sujet assez intéressant, veuillez consulter l'adresse: http://greta92nord-ladefense.fr/est-ce-que-cest-vraiment-rentable-de-devenir-auto-entrepreneur/

Troisième et dernière étape: recevoir et classer les documents administratifs de votre entreprise automobile.

Après la validation de votre déclaration d'activité indépendante par le CFE, vous recevrez un certain nombre de papiers, dont le premier est le certificat d'inscription au registre des entreprises et des commerces délivré par l'INSEE. Votre numéro SIRET et votre code APE y figurent. Dans la plupart des cas, vous devez vous attendre à obtenir votre numéro SIRET dans un délai de 1 à 4 semaines, mais cela peut varier considérablement selon le domaine d'activité.

A lire aussi: Est-il obligatoire d'avoir un badge professionnel quand on travail dans la santé ? 

Après avoir enregistré votre entreprise auprès du gouvernement, vous recevrez une copie de votre extrait K (ou D1 pour les artisans) et un avis d'affiliation au programme micro-entrepreneur de votre CFE si vous êtes également un commerçant ou un détaillant indépendant. L'existence juridique de votre entreprise sera confirmée par ce document.

Enfin, vous recevrez un avis d'affiliation de la Sécurité Sociale des Indépendants. Après environ un mois, vous recevrez cet avis. Vous devez attendre de recevoir cet avis avant de vous inscrire à un compte en ligne de l'URSSAF pour déclarer les revenus de votre entreprise. Conservez précieusement ces formulaires importants, car ils attestent de la légitimité de votre entreprise de véhicules et vous permettent de démarrer.


Partager ce message



← Message plus ancien